AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Perdus cette nuit | LIBRE

Aller en bas 
AuteurMessage
Delilah R. Stuartson
Delightful Girl | Such a Drama Queen
Delightful Girl | Such a Drama Queen
avatar

Nombre de messages : 219
Love : That's the secret I'll never tell
Chambre n° : 9, malheureusement
Age : 18
Date d'inscription : 06/06/2007

Feuille de personnage
Désir actuel: Looking for Prince Charming
Côte de popularité:
50/100  (50/100)
Liens:

MessageSujet: Perdus cette nuit | LIBRE   Ven 28 Déc - 20:06

[i]Delilah n'arrivait pas à se rendre compte que ça y'est, elle y était. A l'université. A vrai dire, ça avait été le rêve de toute sa vie de petite fille et d'adolscente: elle avait toujours assimilé l'université à une nouvelle vie plus indépendante, l'occasion rêvée pour faire table rase du passé et de se réinviter. Difficile de se faire en restant à New-York, même si elle adorait plus que tout cette ville, où son joli visage angélique et sa grande culture étaient genre étalés aux yeux du monde depuis... toujours. Elle avait retrouvé sa première paire de Louboutin, des petites ballerines vernies minuscules que le célèbre créateur avait fait sur-mesure, pour le premier gala de charité de son grand économiste de père. Delilah avait pris conscience assez tôt d'être le singe savant de ses parents, la pièce maîtresse que l'on exhibe avec fierté en soirée et à qui on ne prête aucunement attention le reste du temps. Certes, ils la couvraient de cadeaux mais pas d'affection et derrière une apparente sérénité, cette absence de cocon familial fort l'avait grandement blessé. Quitter New-York permettait à la belle brune de ranger à jamais ses uniformes parfaitement repassés composé d'une jupe plissée des plus moches, qu'elle avait dû raccourcir elle même puisque malheureusement, Delilah avait bien moins grandie que les autres filles de son école. Qui dit 'adieu uniforme' dit également adieu Constance, cette école bien trop stricte d'où elle avait pourtant décroché la popularité et tous les mérites pour sa grande intelligence. Elève modèle et camarade géniale, que vouloir de plus ?

Peut être être soi-même, et pas telle que l'on nous demandait de l'être. Et si Delilah voyait l'université comme un fantasme de petite fille, elle déchantait très vite, cette froide nuit de rentrée. En effet, dans son imagination débordante, le film dont elle était la splendide héroïne, elle entrertait main dans la main dans cette nouvelle vie avec son petit ami de toujours, un garçon galant, charmant, poli et surtout fou d'elle, tout aussi talentueux. Ils vivraient dans un charmant cottage en pierres où grimperait le lierre et suivrait assidument les cours dispensés avant de faire l'amour d'une façon hyper romantique toute la nuit durant dans un immense lit à baldaquins. Simplement, la réalité était clairement moins poétique, et Delilah n'avait pas l'habitue de la promiscuité, ou même de partager sa chambre, alors que de son hôtel particulier de six étages - et 3600 mètres carrés - elle disposait presque d'un étage à elle seul. Delilah savait que la lourde pression que la rentrée universitaire faisait peser sur ses épaules trop frêles ne tarderait pas à la faire ployer et que son image lisse et parfaite risquait rapidement de s'écorner. Fort heureusement pour elle, elle pouvait compter sur la présence de Goldy, sa meilleure amie depuis toujours, ou du moins depuis qu'elle était assez grande pour prononcer ses mots. La brunette adorait sincèrement son acolyte blonde qui était sans doute la seule à pouvoir supporter sur la durée ses plaintes, ses répliques souvent acerbes et ses reproches à tout va, en tant que perfectionniste chevronnée. Simplement, si elles avaient l'une de ces amitiés de série télé où malgré tout, l'on reste amies à vie, la situation en ce moment était quelque peu tendue depuis que Delilah avait appris que Grace avait couché avec son ex petit ami, durant l'été. Certes, elle l'avait quitté, mais elle l'aimait toujours. Elle avait simplement eu peur de s'attacher trop vite, comme à son habitude, et de se laisser emporter par ses visions fantasmés de l'amour. Cette salope de Goldy en avait profité alors qu'elle devait parfaitement savoir.

OK, Delilah ne lui avait rien dit, mais ça crevait les yeux, merde. Et même si elle gardait un air froid, narquois et nullement affecté, elle en souffrait énormément et avait par conséquent décidé d'i-gno-rer Grace, même si elle devait bien se demander pourquoi. Tant pis. Elle n'avait qu'à faire travailler ses méninges au lieu de son corps bien fait, pour une fois. Ce soir là, bien blottie entre ses draps Egyptiens, la brunette n'arrivait pas à trouver le sommeil. Le changement était bien trop brutal et une tonne de pensées cogitaient et s'entrechoquaient dans sa tête, l'empêchant totalement de trouver le sommeil réparateur dont elle avait besoin. Bizarrement, elle ne pensait pas au fait qu'elle serait fatiguée mais plutôt à la quantité d'anti-cernes Chanel qu'elle devrait utiliser demain matin pour être présentable. Delilah avança donc son réveil de cinq bonnes minutes et soupira d'agacement, avant de finir par se lever. Elle frissona dans son caraco et son shorty La Perla et enfila par dessus un gilet en cachemire Prada et des ballerines Lanvin. Etrange accoutrement, certes, mais après tout, tout le monde était censé dormir, et par conséquent, personne ne la verrait. Delilah fouilla longuement et discrètement dans son fourre tout Chloé et parvint à se saisir de son paquet de Menthol extra light et d'un zippo à l'éffigie d'Audrey Hepburn. Ainsi parée, elle grimpa sur le toit et s'installa, les jambes battant dans le vide et le regard fixant... l'horizon. Tirant une bouffée salvatrice, Delilah ferma les yeux et se laissa bercer par le vent qui fouettait doucement son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grace Appleby
` I content myself with the best__ *
` I content myself with the best__ *
avatar

Nombre de messages : 87
Love : Don't dream __ *
Age : 18 years old.
Date d'inscription : 21/12/2007

Feuille de personnage
Désir actuel: Se faire remarquer par Nate McKenzie, peu importe la manière pour y parvenir.
Côte de popularité:
50/100  (50/100)
Liens:

MessageSujet: Re: Perdus cette nuit | LIBRE   Ven 28 Déc - 21:23

Allongée sur le toit .. Grace contemplant les étoiles, tout en fumant une de ces cigarettes à la menthe. Elle avait enfreint la règle n°12 du règlement, peu de temps après l'avoir signé, ça promettait .. Soit, cela faisait maintenant près d'une heure qu'elle demeurait là. La température n'était pas glaciale, néanmoins, le vent était présent, et étrangement, la demoiselle aimait sentir son souffle froid. La jeune femme ne savait décrire le sentiment qui l'enivrait alors, mais on pouvait apercevoir un sourire révélateur se dessiner instinctivement sur son visage à la peau de porcelaine. Miss Appleby n'avait pas vu le temps passer, et elle s'était laissée submerger par ses pensées. Principalement préoccupée par la relation complexe qu'elle entretenait avec ses parents, pas un seul jour ne passait depuis sa plus tendre enfance sans qu'elle n'y ait songé. Ni son père, ni sa mère n'était mort, mais c'était comme si, la jeune femme souffrait de leur indifférence, et cela depuis toujours. Bien-sûr, ils lui offraient tous ce qu'elle souhaitait, et si elle avait intégré l'académie, c'était en grande partie grâce à eux. A Constance Billard, Grace était plus préoccupée par l'accroissement de sa popularité que par ses études, elle se contentait uniquement d'avoir la moyenne partout, et ce n'était pas d'une grande difficulté avec les capacités qu'elle avait, et ses professeurs l'avaient remarqué. A plusieurs reprises d'ailleurs, ils avaient essayé de la raisonner en l'incitant à se comporter comme sa meilleure amie Delilah, mais en vain. Le chéquier de papa avait bien servi pour qu'elle puisse faire son entrée dans cet établissement de renommée, et elle ne pouvait le nier. Seulement cela n'excusait pas l'attitude de Sibille et de Dan vis à vis de la belle blonde, on n'achetait pas son enfant, on ne l'achetait pas, et encore moins son amour. Pas un seul coup de fil de leur part n'avait été passé depuis qu'elle les avait quitté, aucune nouvelle d'elle n'avait été demandé, rien, le chaos, le néant.

  • DEBUT DU FLASH-BACK

« Papa ? Maman ? » Grace toqua deux, trois fois à la porte de ses parents avant d'entendre un grognement mécontent. La demoiselle poussa doucement la porte et pénétra dans la pièce. Là, elle vit ses parents, encore profondément endormis. La jeune fille soupira de désespoir, pourquoi n'étaient-ils pas levés ? Aujourd'hui, c'était le grand jour, elle s'en allait, elle les quittait ! Miss Appleby avança jusqu'à leur lit, embrassa chacun d'eux, et fit demi-tour. Elle s'apprêtait à quitter la demeure et à rejoindre la voiture qui l'attendait, quand la voix de son paternel la retint. Une lueur d'espoir se vit dans ses yeux, et la belle fit aussitôt demi-tour. Là, Mr. Appleby rétorqua seulement : « La porte s'il te plait. » Une boule se forma alors dans la gorge de Grace, elle claqua la porte, et s'enfuit en courant de la maison, les yeux brulants, et remplis de larmes.

  • FIN DU FLASH-BACK


Elle était orpheline. Le regard de Grace se perdait dans le bleu de la nuit .. Et elle se mit à penser cette fois à son amitié avec Delilah qui ne tenait plus qu'à un fil à cause de cette put**n histoire avec Aaron. Elle repensa à la matinée de la journée, lorsqu'elles avaient fait leur entrée. Quelle garce tout de même ! Se comporter de la sorte, ce n'était pas sa Tinky .. Enfin si, mais surement pas avec sa meilleure amie. Assurément, la belle blonde s'en voulait d'être sortit avec l'ex de son acolyte, mais c'était qu'une histoire passagère, et c'était que son ex ! Les idées se bousculaient dans la tête de la demoiselle .. Elle était en train de tirer une nouvelle taffe de sa Marlboro light menthol quand elle entendit quelqu'un monter sur le toit. * Pourvu que ce ne soit pas le directeur, ou pire, cette salope de Cherry Rowland ! * Grace s'était embrouillée avec Cherry lorsqu'elle eut appris que celle-ci copiait sur elle lors des examens à Constance. Elle n'avait pas supporté et lui avait bien fait comprendre, elle ne voulait plus avoir affaire à elle. Malchance ? Les deux jeunes femmes s'étaient vu attribuer la même chambre. « Delilah ? » demanda t-elle, surprise. Ce n'était pas vraiment une question, Miss Appleby était sûre d'elle, et même si on n'apercevait encore que sa silhouette, elle lui était si familière .. La personne en question s'installa, et tira, elle aussi, une taffe de sa cigarette. Un frisson traversa le corps entier de la demoiselle, et celle-ci tira alors discrètement sur la manche de son caraco en cachemire tout en se redressant légèrement, effectuant alors un léger balancier de ses belles boucles dorées.

[ HJ : Désolée du retard Embarassed I love you ]


Dernière édition par le Mar 15 Jan - 17:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Perdus cette nuit | LIBRE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cette nuit je suis mort...
» Cette nuit...
» cette nuit j'ai fait un rêve étrange
» CETTE NUIT LA de Linwood Barclay
» lune de cette nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Waverly Academy :: Waverly Academy :: Le Toit-
Sauter vers: